Nous contacter

Pour plus d'information, contactez nous au +33 1 46 84 34 22 ou laissez un message ici :

Nous contacter via:

Votre requête:

Erreur lors de l'envoi du message

Le serveur a rencontré une erreur.

Erreur

Please resolve the following issues:
  • Le champ "Nom" est manquant
  • Le champ "email" est manquant
  • Email has wrong format.
  • Le champ "téléphone" est manquant
  • Le corps du message est manquant
  • Le champ email / téléphone est manquant
  • Complétez le captcha à nouveau pour prouver que vous n'êtes pas un robot
Fermer

Wunderman - Paris

News

Les formats passent, les idées restent.

Les recommandations des diffuseurs pour gagner de la visibilité via leur plateforme, ne suffisent pas. Pour qu’une campagne soit vue, commentée, partagée, il faut qu’elle repose sur une idée forte et bien exécutée. 

Chaque année, les acteurs du digital (Google, Facebook, Twitter et Snapchat en tête) organisent de grandes messes à destination des annonceurs pour annoncer les nouvelles règles du jeu : les best practices, les formats à privilégier (et ceux à bannir) pour performer sur leurs plateformes. 

A chaque saison son format star :  la vidéo « à la Brut », le format vertical à la Snapchat, les bumper ads…et les règles d’optimisation associées (le logo doit apparaître dans les 3 premières secondes, la vidéo doit être sous-titrée, etc.) 

Autant de recommandations qu’il est intéressant de suivre, et qui peuvent même ajouter un peu de piquant au processus de création, constituer un défi à surmonter. Mais le format ne fait pas tout. Il ne faut pas perdre de vue le fait que c’est la force de l’idée et son exécution créative qui rendent le format performant et non l’inverse. Le medium constitue tout au plus un levier de performance. 

Quand Audi lance avec le skieur acrobatique Candide Thovex un film de 4mn28s dans lequel la marque apparait à moins de 10s de la fin de celui-ci, la marque ne respecte aucune des best practices recommandées et pourtant plusieurs millions de vues plus tard, on peut nécessairement parler d’un succès.

De la même manière, lorsque Monoprix publie sa vidéo « The wort song in the world » cela contrevient aux avertissements lancés par Facebook quant au fait que les internautes regardent majoritairement les vidéos sans le son.  

La question que nous devons nous poser n’est donc pas de savoir quel est le format du moment, et comment y faire rentrer notre prochaine campagne, mais quelle est l’idée publicitaire qui saura susciter un intérêt en elle-même… et éventuellement bénéficier du format du moment, lequel changera dans 6 mois lors de la prochaine mise à jour.